F | D | E

L'éducation corrige le caractère

De têtu à entêté.
Une main a atterri sur ma joue droite à une telle vitesse que je ne l’ai pas vu venir. Elle accompagnait un « Tiens, sale têtue !». C’est celle de mon grand frère qui passait à côté de moi au moment où je venais de répondre un « non » sec et sonnant, à une demande de ma mère. Non seulement je n’ai pas demandé à venir sur cette terre, mais en plus ma famille me rend la vie dure.
Détrompe-toi, c’est toi qui as choisi tes parents, ta famille et toutes les conditions dans lesquelles tu désires évoluer.
Je n’aurais jamais choisi des parents qui me donnent des ordres tout le temps et qui ne me comprennent pas.
Selon ton plan d’évolution, tu n’aurais pas pu en choisir de meilleurs.
Alors pourquoi sont-ils si durs avec moi ?
Parce qu’en ce moment ton caractère a besoin d’être éduqué.
Mon caractère va très bien.
Il est comme une pierre précieuse non encore polie.
Pourquoi mon caractère doit-il être travaillé ?
Pour être transformé, car il contient toutes les mémoires qui ont été imprimées sur toi lors de ton retour sur la Terre.
Quand on revient sur la Terre, on ne repart pas à zéro ?
Personne ne repart à zéro et les mémoires peuvent retarder ton évolution et t’empêcher de te voir telle que tu es.
Mon frère dit que je suis têtue, que j’ai un fort caractère et que mes parents sont trop gentils avec moi.
Tu es têtue à cause de ton manque d’expérience. Apprends tout de suite à écouter tes parents plutôt que de buter contre eux, si tu ne veux pas devenir plus tard une entêtée.
C’est quoi une entêtée ?
C’est une personne qui pense avoir toujours raison, parce qu’elle se croit intelligente alors qu’elle ne l’est pas.
Alors c’est mieux d’être têtue qu’entêtée ?
Oui, car tu peux plus facilement changer d’attitude si tes parents te corrigent avec intelligence et volonté.
Ils ne me corrigent pas, c’est mon frère qui vient d’essayer de le faire à leur place.
Il t’a donné une chance d’améliorer ton caractère.
Cela fait des mois et des mois que je tiens tête à ma mère, lui désobéis et lui réponds méchamment. En me tenant la joue, je reconnais que je suis allée la chercher ma première baffe. Je suis furieuse contre mon frère et en même temps, je me sens soulagée, comme si cette gifle m’avait débarrassée de ce qui me poussait à désobéir.


     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com