F | D | E

Tout vient à temps

Je n'arrive pas à trouver le temps de faire ce qu'il me plaît.
Il y a ce que je vis et ce que je voudrais vivre. Où trouver du temps qui réponde à mon besoin de faire des choses qui me plaisent et pas seulement mes devoirs et obligations d’épouse, de mère, de ménagère, de chauffeur de taxi ?
Si tu n’étais pas insécurisée, tu ne souffrirais pas de ce que tu estimes être des pertes de temps.
Je suis impuissante et triste face aux évènements qui s’acharnent à remplir mon temps contre ma volonté.
C’est ton attente qui est à l’origine de ta souffrance et de tes tensions. Au lieu de t’impatienter, apprends à ajuster ton corps de désirs.
Comment ?
En sachant que si quelque chose doit être fait ou vécu, cela le sera en son temps.
En attendant, mes journées sont une forme d’esclavage pour assurer la survie de mon couple et de ma famille.
Tant que le sentiment de survie persiste, tu sentiras que le temps n’est pas le tien.
Si je ne fais pas tous mes devoirs, j’ai mauvaise conscience.
La survie, à tous les niveaux, est gérée par des forces qui t’empêchent d’être libre dans ta conscience. Lorsque tu es préoccupée par le facteur temps, c’est que ta conscience n’est pas harmonisée à ton esprit.
Je suis garante de ce qui se présente sur le moment et je ne le combats pas avec mon corps de désirs qui aimerait faire autre chose ?
Ceci te permettra de diminuer ton inquiétude et ta tristesse et supprimera la tension entre le temps de l’énergie et le tien.
Vite dit, pas vite fait ! Mon corps de désirs est actuellement plus puissant que mon énergie. C’est fou tout ce que j’aimerais faire !

Dialogue à lire dans le cahier 3.

     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com