F | D | E

La confiance

Besoin de faire confiance.
Lorsque je rencontre une personne sympathique, avec laquelle je me sens sur la même longueur d’onde, je lui fais naturellement confiance. Après quelques mois ou années, je réalise que j’aurais dû être plus objective. D’où me vient ce besoin de faire confiance ?
D’une recherche d’équilibre.
Ah bon !
Lorsque tu rencontres une personne et que tu lui trouves une qualité qui te manque ou que tu voudrais développer, tu lui fais naturellement confiance.
Je n’ai jamais eu conscience de cet « intérêt ». Est-ce la raison pour laquelle je ne suis pas très objective ?
Tu ne peux pas être objective vis-à-vis des autres tant que tu ne l’es pas vis-à-vis de toi-même.
Que veux-tu dire par là ?
Que tu manques d’objectivité aussi longtemps que tu laisses tes habitudes, tes croyances, ta spiritualité diriger ton comportement.
Donc, je ne pourrai faire confiance aux autres, que lorsque je me connaîtrai parfaitement ?
Et que tu seras objective face à toute émotivité que crée ton insécurité dans ton mental.
D’accord, mais il m’arrive de ne rien espérer en retour – enfin, je crois – et d’être également déçue.
Chaque personne est plus ou moins influençable et tu ne peux jamais savoir jusqu’à quel point, dans des circonstances particulières, certaines forces parviendront à mettre en doute votre relation.
C'est tout à fait ça. Tout va bien et soudain, l'un ou l'autre se comporte de façon inattendue.
Quoi qu’il en soit, lorsque tu vis un abus de confiance, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, car tu as fait confiance par faiblesse.
Même si c’est moi qui suis trahie ?
Si tu te sens trahie, c’est que tu as placé ta confiance selon des critères moraux pouvant renforcer ta propre moralité.
Dans ce cas, même si je me connaissais bien, je ne devrais pas faire totalement confiance ?
Lorsque tu auras une parfaite perception de toi-même, tu pourras établir une relation de confiance avec quelqu’un, parce que non seulement tu verras clairement à travers toi, mais également à travers l’autre.
Pour le moment, je me dis que c’est tout de même mieux de faire confiance que de se méfier.
Dans les deux cas, il y a de l’émotivité dans le mental.
Me voilà fixée sur l’origine de mon besoin de faire confiance. Je vais examiner les mécanismes qui s’enclenchent en moi lorsque je rencontre quelqu’un et me rappeler que toutes les forces qui sont à l’intérieur de moi doivent être soumises à ma volonté.


     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com