Le retour au monde des morts

Que faire dans l'au-delà ?
À la suite au départ d’un ami, j’ai appris que le monde de l’au-delà ne correspond pas aux idées religieuses et philosophiques que j’ai reçues et qu’il faut se libérer de ce monde. Je me demande pourquoi je n’ai pas trouvé d’indications à ce sujet dans mes livres philosophiques ?
La philosophie ne peut pas donner des indications sur le "comment se libérer du monde de la mort" parce qu’elle en fait partie. Elle fait partie de la mémoire et non de l’intelligence réelle.
C’est difficile à réaliser.
Réaliser cela, c’est permettre à l’esprit de changer les vibrations des corps subtils et d’être projeté dans une courbe d’évolution.
Alors la philosophie ne peut pas engendrer une réelle évolution ?
L’évolution, c’est parvenir à dépasser les principes de vérités et de mensonges pour recouvrir la liberté.
Lorsque l’on vit toute une vie dans ces principes, il est difficile de s’en libérer.
Cette influence doit diminuer au point de pouvoir se projeter au-delà des deux facettes vérités/mensonges qui conditionnent l’esprit et condamnent à retourner sur le plan astral.
Si la philosophie n’indique pas le chemin vers la liberté, alors vers quoi se tourner ?
Tout savoir doit être fondé sur l’esprit et non sur la pensée humaine.
Comment faire la différence entre l’esprit et la pensée humaine ?
La pensée humaine fait vivre d’illusions et d’inquiétudes. L’esprit apprend à vivre libre de principes à défendre et la vraie liberté, celle du non-retour au monde des morts, se construit par étapes.
Est-ce que la mort est la dernière étape ?
La dernière étape, celle de la compréhension du secret de la vie et du passage sur la Terre, se passe après la mort.
Si je me réfère à notre dernier dialogue, ensuite c’est soit le retour au monde de la mémoire avec perte du contact avec l’esprit, soit le passage dans les mondes de la lumière, c’est ça ?
C’est cela.
S’il y a retour dans le monde de la mémoire, existe-t-il un moyen de garder le contact avec notre esprit ?
Oui.
Lequel ?
Se souvenir de soi-même.
Je suppose que ce souvenir ne doit pas être un simple mécanisme de la mémoire ?
Il doit être parfait, car c’est ce souvenir qui maintient la continuité de conscience de l’esprit dans l’esprit et qui permet de savoir que chacun appartient réellement à un monde au-delà des sens qui est bien plus vaste que toute imagination spirituelle peut faire croire ou connaître.
Je sais maintenant ce que j’aurai à faire lorsque je passerai dans l’au-delà pour continuer à m’acheminer vers la liberté, et cela me rassure.


     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com


 
En cliquant ci-dessous, je reconnais que la lecture de ce texte pourrait choquer ou offusquer certaines croyances.

Je suis conscient que ce texte peut heurter mes convictions