Le monde astral ou monde du désir

Je veux en apprendre davantage sur le monde invisible.
Pour en apprendre davantage sur le monde qui conditionne ma vie, je me rends à Paris au colloque international sur la conscience et l’invisible. Je retourne navrée de la pauvreté des connaissances acquises à ce jour sur ce sujet.
Tant que l’invisible sera abordé à partir du point de vue humain, il sera mal conçu.
Pour quelle raison ?
Parce que l’être vit au niveau de sa conscience astrale, tant dans l’éveil que dans le sommeil et que son point de vue est donc déjà astralisé.
Lorsque l’on parle de l’invisible, il s’agit forcément du plan astral ?
Oui.
Dans le catholicisme, l’invisible est nommé « paradis, purgatoire et enfer ».
Parce qu’il est abordé en fonction de la vie après la mort.
Cette nomination est-elle exacte ?
Elle exprime bien les deux formes en activité dans ce monde, l’une bonne et l’autre mauvaise.
Ce qui veut dire que le monde astral sert aussi bien les êtres des régions sombres que ceux de la lumière ?
Oui, cependant dans l’astral, ces deux courants d’énergie sont inversés par rapport au monde physique.
Comment ça « inversés » ?
Ce qui est appelé les bonnes formes sur le plan matériel, sont les mauvaises sur le plan astral, et vice versa.
C’est difficile à croire.
C’est la réalité.
Donne-moi une définition simple du monde astral.
Ce monde n’est en fait qu’une version imagée et irréelle du monde de l’âme. C’est une couche d’énergie de la conscience des êtres en évolution.
Mais encore ?
Le monde astral est le lieu où se déversent toutes les formes du plan mental qui sont devenues trop imparfaites. C’est un monde d’images et de pensées qui permet à l’homme d’avoir l’impression d’être réel.
Et comment cette impression d’être réel est-elle créée ?
Les entités invisibles, qui sont en harmonie vibratoire avec les pensées et les émotions exprimées par la personnalité humaine, s’efforcent de faire apparaître, dans cette dernière, les qualités ou les défauts qui correspondent avec l’énergie de l’âme ou la mémoire en évolution.
Me voilà avec une vision un peu plus claire de l’astral. En fait, j’interprète ma vie et le monde sur la base d’images créées à l’infini par tous les êtres en évolution. C’est le serpent qui se mord la queue !


     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com


 
En cliquant ci-dessous, je reconnais que la lecture de ce texte pourrait choquer ou offusquer certaines croyances.

Je suis conscient que ce texte peut heurter mes convictions