Le découragement

Que vit l'être qui ne se décourage plus ?
Lorsqu’un être est libéré du poison des formes, grâce à la colère de son esprit, quels sont les changements qui s’opèrent dans sa vie.
Il naît à une nouvelle dimension du réel qui lui permet d’accéder, petit à petit, au pouvoir de l’esprit.
Y a-t-il une relation entre la colère de l’esprit et le pouvoir de l’esprit ?
Oui et c’est important de le savoir.
Pourquoi ?
Parce que la compréhension de ce lien ouvre les portes de cette nouvelle dimension.
Est-ce que la conscience du pouvoir de l’esprit arrive tout d’un coup ?
Non, lentement.
Pourquoi ?
Parce que le développement de cette conscience affecte tous les corps, soit le mental, l’émotif, le vital et le physique.
Même le physique ?
Oui et comme c’est le plus dense, c’est le plus affecté. Les organes subissent un choc qui est surveillé par les intelligences qui veillent à la fusion, pour qu’il n’y ait pas de dommages irrémédiables.
Quand est-ce que ce changement arrive ?
Lorsqu’un être peut, de sa propre volonté, pénétrer le monde de l’intelligence et travailler sur la Terre d’une façon totalement libre.
À ce niveau-là, est-ce qu’une personne peut encore se décourager ?
Non, le découragement et toutes les autres formes liées à l’ignorance ne font plus partie de son existence.
Comment cela se fait-il ?
Lorsqu’il n’y a plus d’émotivité qui affecte la volonté réelle, l’esprit brise les chaînes de l’existence pour ne se conformer à rien d’autre qu’à ce qui est en harmonie avec lui.
Donc, au fur et à mesure que l’être est transmuté, il entre en fusion avec l’esprit, mais pourquoi ce processus est-il si long ?
Parce qu’un être ne peut pas vivre sans un minimum de formes, sinon il pourrait se décourager trop profondément. Il doit être préparé vibratoirement à recevoir l’énergie de l’intelligence, de la volonté et de l’amour.
Est-ce que vivre sans le support de la forme équivaut à vivre dans le vide ?
Oui, et plus le vide se fait chez l’être conscient, plus il avance vers le monde de son esprit.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la connexion avec notre propre esprit n’est pas sans souffrance, mais c’est le début du grand voyage de retour vers la source.


     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com


 
En cliquant ci-dessous, je reconnais que la lecture de ce texte pourrait choquer ou offusquer certaines croyances.

Je suis conscient que ce texte peut heurter mes convictions