Le cauchemar

Il n'est jamais agréable de faire un cauchemar.
Cette nuit, j’ai fait un cauchemar qui m’a mise dans l’émotion. Il avait pour origine une impression enregistrée par mes sens, dans mon corps physique, durant la journée. Il y a bien longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Je suis encore toute remuée et même choquée par ce cauchemar.
Ce n’est pas le cauchemar qui crée le choc, c’est l’émotion.
S’il suffit d’un enregistrement par le corps physique d’une sensation qui a engendré une émotion pour vivre un cauchemar, ce n’est pas étonnant que les enfants en font beaucoup.
Oui, surtout dans la période de développement du corps de désir.
Quel est le but du cauchemar ?
C’est justement de faire ressortir cette émotivité pour la transmuter.
Comment se déclenche un cauchemar ?
Là où il y a une connexion qui se fait entre l’intelligence de la personne et son intelligence réelle, l’émotion va faire interférence, provoquer un court-circuit ou un choc, ce qui déclenche un cauchemar. Mais, c’est déjà un avancement sur le chemin évolutif de la personne.
Est-ce parce que l’émotivité entre en jeu que le cauchemar est vécu négativement ?
Oui.
Quel est le but du contact entre ces deux intelligences ?
C’est justement la transmutation de cette émotivité.
Donc, si le cauchemar n’existait pas, cette émotivité ne pourrait pas être évacuée ou transmutée par la volonté de la personne elle-même.
Non, car c’est un travail qui se fait sans son concours. C’est pourquoi, le cauchemar est vraiment important, instructif et même essentiel.
Essentiel à quel point ?
Sans lui, la personne ne pourrait pas passer de l’involution à l’évolution.
Ça rassure de savoir que le cauchemar joue un rôle très positif.
Il opère une véritable mutation psychologique, raison pour laquelle il n’est pas simplement vécu la nuit dans le rêve, mais également le jour.
Mais, durant la journée, il n’est pas ressenti de la même façon.
La journée, le cauchemar est vécu d’une façon extrêmement diluée, car la personne a certaines ressources qui lui permettent de contrôler, de freiner un peu l’émotion et de bloquer l’évènement, alors que la nuit, ce n’est pas possible de faire cela.
Est-ce qu’une personne qui se conscientise peut encore vivre des cauchemars durant la journée, par exemple en étant prise par surprise dans un évènement ?
Oui, mais sans que cela ne déclenche d’émotions.
Je n’avais jamais réalisé que dans un cauchemar, je vivais en réalité un très grand rapprochement entre mon intelligence et l’intelligence réelle. Me voilà réconciliée avec lui.


     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com


 
En cliquant ci-dessous, je reconnais que la lecture de ce texte pourrait choquer ou offusquer certaines croyances.

Je suis conscient que ce texte peut heurter mes convictions