Regrets du passé

Le passé est mort, inutile d'y revenir.
Certaines personnes en veulent à leur père ou à leur mère ou à d’autres personnes à cause de certaines expériences douloureuses vécues dans le passé. Ceci empoisonne leur présent, les fait souffrir et les empêche de se construire un avenir plus léger. Faut-il revenir sur le passé ?
Revenir sur le passé est un acte de sabotage, c’est une preuve que l’émotivité est encore trop puissante et empêche d’atteindre un niveau de maturité ou d’équilibre entre le mental et l’émotif. Il s’agit d’une attitude retardataire bloquant l’intelligence et la volonté créatives, sans compter que les regrets peuvent générer la haine et la colère.
Si leur passé avait été meilleur, certains êtres humains ne seraient-ils pas mieux aujourd’hui ?
Ceci est une grande illusion. La vie, c’est une programmation et elle est toujours la meilleure.
À part le risque d’éprouver de la haine ou de la colère, y a-t-il d’autres dangers à regretter son passé ou à reprocher des comportements passés ?
Le principal danger est celui d’établir une continuité dans le karma, de sorte que l’émotivité de la personne se chargera de lui faire commettre une autre erreur dans le présent, sans qu’elle s’en aperçoive.
Par exemple ?
À cause de ses mémoires, elle pourrait s’empêcher de communiquer avec un être en se donnant raison par toutes sortes d’interprétations. Ainsi, elle s’enferme derrière une muraille de mémoires que la lumière peine à traverser.
Donc, ce n’est pas parce qu’une personne, dans le passé, nous a fait du mal que l’on ne peut pas la voir au-delà de cette mémoire ?
C’est important de se débarrasser de ces mémoires, d’autant plus que la personne ayant commis des actes regrettables peut avoir oublié les faits qui lui sont reprochés aujourd’hui.
Qu’est-ce qui pourrait empêcher de tourner la page ?
C’est l’orgueil. Comme l’orgueil naît de la réflexion, il est normal qu’il aille de pair avec la mémoire.
Ce n’est pas intelligent de regretter son passé et de conserver des griefs, mais qu'en est-il s'il s’agit de violence ?
L’être qui sort de l’ignorance comprend que le passé est un champ d’expériences qui fait partie de ce qui devait être vécu pour l’évolution de son âme.
Lorsqu’une personne comprend que la vie doit être menée par intelligence et non par mémoire, elle découvre plus facilement que son passé lui sert à mieux gérer son présent. Elle accepte que son passé soit une condition fondamentale de son existence pour lui permettre, un jour, d’être libre.


     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com


 
En cliquant ci-dessous, je reconnais que la lecture de ce texte pourrait choquer ou offusquer certaines croyances.

Je suis conscient que ce texte peut heurter mes convictions