Cherche la cause et non l'effet

Confrontée à la mort, je m'interroge sur sa raison d'être.
Un grand silence règne dans la chambre où ma mère quitte ce monde. Je pose ma main sur la sienne et regarde la peau lisse et fine de son visage serein dont seules quelques rides autour des yeux marquent l’âge avancé. Dans l’attente de son dernier souffle, je la confie à la lumière du monde où elle se rend, confiante du devoir accompli et soutenue par ses croyances. Soudain, le silence se fait plus profond, je retiens ma respiration pour ne pas le troubler. Le temps s’arrête. Adieu maman… Pourquoi la mort existe ?!
La mort n’est que le produit de la loi de cause à effet.
« Que » le produit d’une loi ! D’où vient cette loi ?
Du fait que tu vives selon les formes que ta mémoire a retenues et non selon la lumière qui leur donne vie.
Vexant, mais clair. Et qu’est-ce qui m’empêche de vivre selon les lois de la lumière ?
Le manque d’évolution de ton âme.
Encore plus clair !
Tant que tu es prisonnière de la loi de cause à effet, la mort existe, car ta mémoire te conditionne et te fait réagir à l’effet sans connaître la cause.
Tu veux dire la cause de la vie ?
Oui, ne connaissant pas la cause de la vie, tu ne peux la comprendre que par le biais de la mémoire.
D’où la mort vue comme une fin.
La mort n’est pas une fin, mais une sortie de ton corps physique.
Si elle n’existe pas en soi, pourquoi je la crains.
A cause de l’ignorance de ce qui se passe vraiment.
Comment je le saurais tant que je n’y suis pas passée ?
Ce n’est pas nécessaire de passer par la mort pour la comprendre.
Tant mieux ! J’espère au moins que cette ignorance cesse de l’autre côté.
Que tu sois dans ton corps physique ou que tu n’y sois plus, l’ignorance continue tant que l’esprit n’est pas encore libéré.
L’infirmière prend soin du corps de ma maman. Je quitte la chambre comme si je sortais d’un autre espace-temps, sereine dans cette vie qui continue son chemin, mais énervée d’en savoir si peu sur ses lois.

Dialogue à lire dans le cahier 4.

     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com


 
En cliquant ci-dessous, je reconnais que la lecture de ce texte pourrait choquer ou offusquer certaines croyances.

Je suis conscient que ce texte peut heurter mes convictions