Evite le retour au monde astral

Première visite à un mort. Je me demande où est son esprit ?
J’ai jamais vu un mort ! Je rentre dans la ferme la peur au ventre. Les « n’aie pas peur, tu verras comme il est beau ! » ne me calment pas. Mes jambes tremblotent. Pas certaine qu’elles vont tenir le coup. Si je verse, pourvu que ce ne soit pas à côté du mort ! Une main me pousse dans le dos. Je franchis la porte de force. Silence étrange. Il fait sombre. Seules quelques bougies éclairent la pièce. Soudain : les mains. Je ne vois que les mains et encore les mains. Elles sont jointes et garnies d’un chapelet noir qu’elles n’ont sûrement jamais égrené de leur vivant. Des chaises sont alignées contre les parois. Certaines sont occupées par des femmes en prière. J’aimerais bien aller m’asseoir, mais il faut laisser la place aux grands. Je gamberge comme une malade au lieu de prier pour le mort. Je me demande s’il est toujours vivant quelque part ?
Ce qui était vivant en lui, est toujours vivant.
C’est où ?
Son âme, ou sa mémoire, est dans le monde astral.
Il n’est pas au purgatoire ? Tout le monde doit aller au purgatoire avant d’aller au paradis.
Le purgatoire est un niveau du monde astral.
Et le paradis ?
Aussi.
Alors l’enfer, le purgatoire et le paradis, c’est dans le monde astral ?
Oui.
Donc le monde astral, c’est le pays des morts-vivants ?
Oui.
C’est pas surpeuplé ?
Si, mais c’est bien organisé !
Quelle drôle d’odeur ! Je regarde les fleurs qui garnissent la chambre, puis, à nouveau, les mains. Je sens mon visage devenir de la même couleur. Quelqu’un me pousse vers la sortie. Il était temps ! Je me demande pourquoi je suis venue sur la Terre pour mourir. C’est sot ! J’aurais mieux fait de rester où j’étais.
Le choix que tu as fait est le meilleur pour toi.
De devoir mourir ?
Non, de vouloir vivre de nouvelles expériences.
Une comme celle-ci, je m’en serais bien passé.
Un jour, tu ne seras plus obligée d’apprendre par expérience et de retourner au monde astral.
Pourquoi ?
Ta conscience aura évolué. Tu iras directement sur un autre plan.
D’ici là, j’ai bien des choses à découvrir sur la vie et la mort.

Dialogue à lire dans le cahier 1.

   


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com


 
En cliquant ci-dessous, je reconnais que la lecture de ce texte pourrait choquer ou offusquer certaines croyances.

Je suis conscient que ce texte peut heurter mes convictions