F | D | E

Maîtrise ton caractère

Je réagis au quart de tour.
Une voiture est parquée sur ma place de parc. Mon sang ne fait qu’un tour. J’agresse le conducteur. Ma place retrouvée, je suis épuisée par l’énergie dépensée. Je rage contre ce caractère qui me dicte mon comportement et me fait réagir instantanément dès que le moindre obstacle surgit sur mon chemin.
Ton caractère retarde ton évolution.
Il est vraiment tordu.
Il n’est pas tordu en lui-même, mais parce qu’il est le produit de l’accumulation de tes expériences passées. Il fait partie de l’impression de ton âme sur toi.
J’oublie très facilement que mon âme exerce une très grande domination sur mon esprit. Et pourtant, j’en ai encore une fois la preuve aujourd’hui. J’ai réagi sans discernement, comme conditionnée involontairement.
Ton âme neutralise ta volonté et te force à vivre selon des dimensions de toi-même qui sont vouées à l’échec.
Après tant d’années, il est vraiment navrant de constater que la totalité des impressions que je reçois est encore le résultat de l’activité de mon âme à travers mon caractère et très peu de celle de mon esprit.
La domination de l’âme sur ton esprit est tellement grande qu’elle est la qualité, la nature même de ton existence.
Ceci revient à dire que lorsque je me crois intelligente, en fait je ne le suis pas.
Tu ne peux pas l’être, car ton caractère, qui est une sorte de copier-coller de ton âme, rend ton intelligence impuissante.
Qu’est-ce qu’il faut faire pour que mon intelligence puisse s’exprimer ?
Ton âme doit être totalement transparente.
Ce qui revient à dire que je goûterai de mon intelligence, de mon esprit, lorsque j’aurai maîtrisé la faillibilité de mon caractère ?
Oui.
Quelle est la meilleure façon de le faire ?
Lutte contre tes automatismes pour maîtriser tes mémoires.
Il va me falloir une grande force intérieure.
En le faisant, tu t’apercevras que tu as bien plus de ressources que tu ne penses.
Lorsque je réagis comme aujourd’hui, je me dis que mes études philosophiques ne m’auront servi à rien si je ne suis pas capable de dompter mon caractère ou de concrétiser, dans ma vie quotidienne, ce que j’ai appris. Continuer à mettre la main à la pâte, voilà ce qui me reste à faire, si je veux sortir de mes automatismes.

Dialogue à lire dans le cahier 5.

     


Retour
Editions d'Obsolette
Case postale 247
1009 Pully
obsolette@obsolette.com