Obsolette

Méfie-toi de la méfiance

Ma tante m'accuse d'avoir échangé son duvet.

Assise dans son fauteuil devant la télévision, ma tante n’entend pas facilement la sonnerie de sa porte. Quand enfin elle vient m’ouvrir, elle commence par s’étonner de ma présence. C’est sa manière de me reprocher l’espacement de mes visites. Veuve depuis de nombreuses années, sans enfant, elle se sent seule et délaissée. Devant une tasse de thé, elle me raconte ses sempiternelles histoires de famille. Depuis quelque temps, elle ne retrouve plus ses affaires et me soupçonne de les lui prendre. La méfiance est dans sa nature, mais maintenant, elle pousse le bouchon un peu trop loin. Elle m’accuse d’avoir échangé son duvet. Même si je trouve l’accusation comique, sa conviction finit par m’énerver. Purée, elle paranoïe !

Oui.

Elle est vraiment paranoïaque ?

Oui.

Elle vient d’où cette maladie ?

Elle a débuté lorsqu’elle a commencé à vivre de ce qu’elle a mal vécu dans le passé.

Je n’aurais jamais pensé que ma tante puisse me considérer comme son ennemie.

Elle ne peut plus discerner le vrai du faux.

Et dire que je n’ai rien vu venir !

Cette maladie se manifeste petit à petit.

Quelle sournoise !

Elle est insidieuse et le résultat d’une susceptibilité non gérée qui l’a de plus en plus insécurisée.

Tu veux dire que sa susceptibilité a tourné en méfiance et maintenant elle ne se sent plus du tout en sécurité ?

Quand l’insécurité est installée, la peur de tout se manifeste.

Je m’en vais en me disant qu’elle sera certainement soulagée de ne plus me voir, mais je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser. Je suis la seule personne qui la visite.

Personne ne peut combler le vide qu’elle a fait autour d’elle.

Son médecin me confirme sa démence. Je vais espacer mes visites, mais ne pas l’abandonner pour autant. Cette expérience m’interpelle et m’oblige à vérifier où j’en suis au niveau de ma susceptibilité et de ma méfiance. Je ne voudrais pas que ce que je prends pour un simple trait de caractère évolue, à mon insu, vers une issue aussi tragique.