Obsolette

Le poids du découragement

Que faire pour voir la fin de la souffrance lorsqu'il y a découragement ?

En comprenant la raison de ce qui l’afflige, l’être qui vit un certain découragement réalise qu’il y a un but et une fin à sa souffrance. Quel avantage y a-t-il à comprendre cela ?

Cette attitude transfère l’énergie de sa souffrance du plan émotif au plan mental, ce qui lui permet de dépasser sa souffrance.

Quelle est la différence entre le découragement de l’être inconscient et celui de l’être qui se conscientise ?

L’être inconscient perd le contrôle de son émotivité et se laisse aller. Il n’a pas la force de combattre car il est persuadé que son découragement est dû aux évènements qui bousculent sa vie. Chez l’être qui se conscientise, le découragement perd de plus en plus de terrain car l’intelligence en lui grandit et il ne se laisse pas abattre, mais lutte contre les forces internes qui cherchent à l’affaiblir.

Est-ce que cette attitude lui ouvre une nouvelle porte sur l’avenir ?

Oui et même si la porte qui s’ouvre ne montre pas forcément de quoi son avenir sera fait et qu’il n’en connaît pas encore le dénouement véritable, il parvient à se montrer patient.

Est-ce que le découragement est encore possible chez l’être conscient ?

L’intelligence étant présente, l’intellect ou la raison s’efface devant celle qui change la perspective de la vie et pousse l’être plus loin en lui faisant découvrir les jeux de la vie qui ont créé les conditions émotives et rationnelles du découragement.

Et si, pour une raison ou une autre, l’être qui se conscientise ne parvient pas à se sortir de ce qui le décourage ?

C’est qu’il n’a pas suffisamment de volonté, car le découragement est lié à la perte ou à l’absence de volonté.

D’où provient ce manque de volonté ?

Il est proportionnel à son émotivité, ce qui l’empêche de percevoir l’intelligence en lui qui lui donnerait la clé de la résolution de ses problèmes.

Renverser une condition de vie ou neutraliser le choc d’un évènement difficile requiert décidément de l’intelligence.

Oui, car le découragement intervient dans la vie lorsqu’un individu doit reconquérir des forces qu’il a perdues à cause de son inconscience. Mais s’il devient conscient de l’intelligence réelle en lui, il peut voir le pourquoi de sa souffrance et développe la certitude que ses conditions de vie vont changer.

C’est ainsi qu’il perd petit à petit la capacité de se décourager, car en se conscientisant, sa vie s’ouvre. Mais dans quel sens ?

Qu’il prend conscience du pouvoir de son esprit sur les évènements de sa vie.

En résumé, la vie peut être très dure et à la fois facile.

Oui, mais il faut d’abord la comprendre en fonction de l’intelligence réelle et non de l’intellect et de l’émotion.

Il est bon de voir la différence entre le découragement de l’être qui souffre d’un manque d’intelligence et de volonté et celui de l’être qui se conscientise qui subit l’effet grandissant de ces dernières et qui, au lieu de se décourager, lutte contre les forces internes qui le mettent à l’épreuve.